Stan adidas Originals adidas Smith Stan Originals IRqwq1U

ARTICLE | 26/05/2014 | Par Antoine Pasquier
10 commentaires | | Classer
AddThis is disabled.
✓ Allow

La poussée eurosceptique aux élections européennes tétanise la France et le reste du continent. À qui la faute ? Aux citoyens eux-mêmes et à une classe politique déconnectée, selon le Père Cédric Burgun, prêtre du diocèse de Metz et membre de l’Institut Saint-Benoît, œuvrant en faveur de Saucony Formateurs Jazz originales Saucony Homme Homme Gris r1qwIrt.

Les Français sont-ils devenus eurosceptiques ?

Je ne sais même pas si l’on peut dire qu’ils sont eurosceptiques. Pour l’être, il faudrait que les Français connaissent la vérité européenne. Or, je constate une totale méconnaissance de la question européenne, et la campagne électorale n’a rien apporté de ce point de vue-là. Même les hommes politiques au plus haut niveau ne savent pas tenir un discours vrai et cohérent sur l’Europe.

Comment expliquer le vote de défiance d’un grand nombre de Français ?

Deux raisons peuvent l’expliquer. D’une part, une classe politique qui ne sait absolument pas se remettre en cause et qui, depuis des années, se coupe de plus en plus de la réalité. Les hommes politiques vivent dans leur bulle et montrent une réelle méconnaissance du peuple et des élections. D’autre part, le peuple français lui-même se désintéresse de la politique et de la question européenne.

Au fond, le résultat de dimanche soir n’est pas d’abord celui de la victoire du Front national (FN) ou de l’abstention. Il montre surtout la victoire de l’individualisme français. En se désintéressant de la construction européenne, et de ce que l’on peut entreprendre avec les autres nations, les Français se désintéressent du bien commun de leur pays, soit en s’abstenant de voter soit en ayant un vote contestataire. Un vote contestataire inutile puisque les députés européens FN n’auront aucun pouvoir au Parlement.

Stan adidas Originals Originals Stan Smith adidas L’Europe manque-t-elle d’un projet commun ?

Depuis  Robert Schuman, il n’y a plus de projet européen porteur. On ne sait plus pourquoi l’Europe se construit, et plus aucun politique ne nous l’explique. La classe politique est constamment en train de jouer la carte européenne pour s’affranchir des réflexions de fond. Prenez l’exemple de la règle des 3 % de déficit : tout le monde l’accuse, mais personne ne s’interroge sur l’origine de nos déficits et sur les solutions à adopter. Bruxelles ne sert que d’excuse aux politiques nationales, et inversement. On ne peut pas continuer ainsi.

Comment réveiller les consciences sur cette question européenne ?

Notre classe politique doit commencer par se convertir. Les politiques publiques d’un pays ne sont pas simplement là pour assouvir les desiderata des uns et des autres au niveau individuel et individualiste. Elles doivent avant tout être le fruit d’un projet porteur au service du bien commun. On s’interroge aujourd’hui pour savoir si l’Europe a encore un projet, mais y a-t-il encore un projet en France ? Je n’en vois aucun, si ce n’est de fournir des garanties individuelles à toutes les revendications. Tant que nos politiques s’obstineront dans des positions clientélistes, nous n’aurons pas de projet commun.

L’Église a-t-elle une voix spécifique à faire entendre ?

Qui d’autre aujourd’hui que le christianisme interpelle encore nos concitoyens sur le bien commun ?

Certains hommes politiques estiment que l’Europe est allée trop loin, trop vite, et suggèrent de faire marche arrière. Cette solution est-elle plausible ?

Cette proposition m’a profondément énervé. Elle est très orgueilleuse. À quel titre la France proposerait-elle d’exclure des pays de la construction européenne ? Quelle légitimité aurions-nous pour le faire dans l’état où est notre pays, avec 25 % de suffrages eurosceptiques ? De quel droit pourrions-nous exclure des pays de ce bien commun et de cette solidarité européenne voulus par Robert Schuman ? Est-ce une proposition chrétienne que d’exclure nos voisins au prétexte que le navire est en train de prendre l’eau ? Cette proposition est aberrante, et elle l’est plus encore au lendemain des résultats du scrutin en France.

L’esprit qui a animé les pères fondateurs est-il toujours vivant en Europe ?

L’esprit initial de Robert Schuman était animé par une volonté de paix, « de partage et de solidarité de fait ». Or, aujourd’hui, quelle volonté nos concitoyens ont-ils de partager avec leurs voisins ? Je pense qu’il n’y en a plus aucune, car nous n’avons plus de volonté politique. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la France et les Alliés ont placé la production de charbon et d’acier de l’Allemagne sous embargo. Plutôt que l’humiliation de son voisin, Robert Schuman a préféré tendre la main pour que la France et l’Allemagne produisent ensemble. Est-ce que cet esprit-là est toujours d’actualité ? On peut légitimement s’interroger.

Comment garder l’espérance dans ce contexte politique ?

Loin d’entrer dans une mentalité émotionnelle – qui est l’apanage de nos sociétés modernes – je crois que les chrétiens sont appelés à entrer dans une rationalité de l’espérance, comme nous y invite Émile Poulat : « aucune fatalité historique ne préside à la construction de l’Europe et l’avenir reste largement ouvert, voire imprévisible ». L'espérance n'est pas une vertu naïve chez les chrétiens ; elle est à l'image de la Croix : c'est au cœur de nos plus grosses défaillances, de nos misères, de nos lâchetés, de nos péchés, que l'infinie victoire de Dieu se révèle ! La croix nous le rappelle chaque fois que nous la contemplons : plus les conditions sont terribles, plus le monde semble dur et sombrer, plus mon engagement devient urgent et plus la grâce m'accompagne. La parole de saint Paul « lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort » (1 Co 12, 10). Schuman l'a vécu concrètement au sortir de la guerre… nous-mêmes pouvons le vivre aujourd'hui.

Antoine Pasquier

Mots Clés :

La rédaction vous conseille

Ajouter un commentaire

Merci de vous identifier ou de créer un compte avant de poster un commentaire.

Vos commentaires ( 10 )

  1. Olivier d. Le 04/06/2014 à 09:16 Signaler pour abus
    A l'attention de rédaction de Famille Chrétienne.
    Messieurs,
    Originals Originals Stan adidas Stan adidas Smith
    le commentaire de Christophe D est INADMISSIBLE.
    25 % de la population française qui s'est exprimée pour les européennes ne peut être traitée impunément de "nazi". Je rappelle au passage qu'un sondage Valeurs Actuelles -IFOP d'il y a quelques jours indique clairement que si il y avait eu 100 % de votant le FN aurait augmenté son score de 25%
    Smith Stan Originals adidas Originals adidas Stan
    Je vous demande de contrôler ce qui se dit sur votre site pour empêcher ce genre de dérive et de retirer ce commentaire insultant. passible des tribunaux.
    je signale au passage que le fait de cliquer sur le lien "signaler un abus" n'a aucun effet.
  2. Xavier D. Le 29/05/2014 à 00:38 Signaler pour abus
    Cet article m'a d'emblée dérangé.
    Mais plus encore, certains (pas tous fort heureusement) commentaires de lecteurs qui, sous l'insulte à peine voilée et en revendiquant leur qualité de vieux abonnés, expriment peu ou prou qu'ils se considèrent comme propriétaire du contenu éditorial, lequel ne saurait en aucune façon les bousculer dans leurs certitudes... et d'en appeler à une légitime diversité qu'ils se refusent pourtant à concéder à ceux qu'ils cataloguent (un peu hâtivement du reste ?) d'adversaires.
    Oui, FC fait des efforts louables pour maintenir cette diversité des opinions et des sensibilités dans le respect de la vérité.
    Au final, cette posture butée m'a poussé à relire plus attentivement l'article incriminé. Et à conclure que si je n'en partage décidément pas toute la teneur, force est de constater que son auteur ne dit pas forcément des choses si éloignées des positions de ses contempteurs.
  3. Edifa E. Le 28/05/2014 à 15:39 Signaler pour abus
    Je voudrais réagir à votre article, mon Père, car je trouve qu'il semble imposer pour les chrétiens une sorte de pensée unique sur l'Europe, hors de laquelle il n'y aurait point de salut. Or, il se trouve que je ne partage pas toutes vos analyses : je fais partie de ces horribles eurosceptiques... tout en étant proche de Famille chrétienne et de sa rédaction, ce qui ne me paraît pas incompatible !

    Qu'il faille faire l'Europe, oui bien sûr, mais qui ne voit que le monstre qu'elle est petit à petit devenue n'a plus rien à voir avec les idéaux des pères fondateurs et est rejeté par les peuples. J'aime à citer là-dessus Hubert Védrine, homme modéré et peu suspect de sympathie pour le Front national, qui vient de dire : "Le premier parti de l'Europe, ce sont aujourd'hui les eurosceptiques, l'européisme est mort définitivement et il faut concevoir un projet européen complètement reconfiguré".

    Enfin, ne serions-nous pas capables de trouver un modèle nouveau, souple et original, sans nous référer aux Etats-Unis d'Amérique ou à je ne sais quelle utopie ? Ce modèle devrait recueillir une large adhésion populaire, à la différence de l'actuel, qui a toujours généré en France un partage des opinions à 50/50. Laissons vivre et s'exprimer les génies propres à chacun de nos pays européens : ils sont complémentaires mais ont besoin de liberté pour s'exprimer au sein d'une Europe des nations où seuls les sujets vraiment régaliens devraient être soumis à des décisions communes, ce qui est le vrai sens de la subsidiarité. Ne serait-on pas là proches de la vision de Jean-Paul II, qui voyait les pays européens comme "une réunion de frères autour de la même table".

    Charles B. Stan adidas Stan Originals adidas Smith Originals
  4. A la lecteur de l'article de l'abbé Burgun et sa publication dans Famille Chrétienne, j'hésite entre la stupeur, l'écoeurement et la révolte.
    Ce pauvre abbé tombe droit dans le piège tendu pas les élites auto-proclamées qui nous ressassent que tout ceux qui ne sont pas à quatre pattes devant les droit de l'homme, la république et l'europe sont automatiquement frappés du sceau de l'infamie et traités de "populistes", injure suprême.

    Et bien non, Monsieur l'abbé. La Charité chrétienne n'oblige en rien à être béat devant l'europe supranationale que l'on veut nous imposer et à laquelle on nie ses origines chrétiennes.
    La Charité chrétienne demande qu'on aime ses frères et vous ne m'enlèverez pas de l'idée qu'avant d'aller aimer les autres il vaut mieux aimer les siens. C'est l'europe des patries. Mais il est vrai qu'il est plus dur de faire un pas vers son voisin que l'on croise tous les jours et qui vous exaspère depuis longtemps que d'accueillir un lointain Bulgare que l'on ne verra jamais.
    Vous êtes sans même vous en rendre compte sur la même ligne de pensée que les bobos politiquement corrects.

    Mélez-vous donc de ce qui vous regarde : le royaume de Dieu et ne venez pas dans le domaine de César.
    Quant à béatifier Monsieur Schuman, vous devriez avoir compris lors des confessions (si vous en faites encore) que l'enfer est pavé de bonnes intentions.

    Quant à la publication dans Famille Chrétienne de ce type d'article, je partage totalement l'avis de Serge.
    Bien à vous.
  5. E D. Le 28/05/2014 à 14:01 Signaler pour abus
    Totalement à côté de la plaque.

    La plupart de ceux qui n'ont pas voté ou ont voté pour des partis eurosceptiques ont voulu manifester 3 choses :
    - soit un refus d'une immigration islamiste massive qui devient source de soucis pour l'avenir des racines et des valurs chrétiennes en Europe (c'est le cas dans 75% des cas, sondages à l'appui)
    - soit un refus d'une Europe intrusive dans les nations et jusque dans la vie privée des familles
    (- soit éventuellement un rejet de François Hollande et de sa politique, ce qui n’était pas le sujet, il est vrai)

    Cette analyse "culpabilisante" qui taxe les "eurosceptiques" d'aveugles ou d'égocentriques est assez désagréable pour ceux qui ont fait ce choix en conscience !

    Stan adidas Originals adidas Stan Smith Originals
    Et le réponse de la commission Européenne à l'initiative "Un de Nous" est *aujourd'hui* encore la preuve que cette Europe là doit disparaître. Ce n'est plus celle de Schumann.
  6. J'approuve pleinement l'analyse de Serge.
    En outre, j'inverserais le sens du titre en disant que c'est parce que 25% des Français se soucient du sort de la France qu'ils ont voté en vue de restaurer une Europe saine. Le Père Burgun est à côté de la plaque !
    Actuellement, les institutions européennes ne sont plus qu'un ramassis de gens qui ne pensent qu'à leurs avantages financiers (ce qu'on en sait, c'est bien inférieur à la réalité !), politiques et de prestige, ou qui n'ont d'autre but que de faire passer des lois immorales (lobbies LBGT et autres) sur la vie, l'euthanasie, les couples, etc.
    En outre, l'Europe devrait respecter le principe de subsidiarité et ne pas édicter des règles saugrenues (espace vital des poules, volume des chasses d'eau, etc). Elle se déconsidère à s'occuper de détails techniques.
    L'Europe devrait être au service des nations, et non l'inverse. C'est ce que voulait Robert Schuman. Il est grand temps de remettre de l'ordre. Seul Nigel Farage et quelques autres osent dire en séance leurs 4 vérités auxx technocrates de Bruxelles.
    A ceux qui dénigreraient mes propos, je précise que je sais ce dont je parle, ayant, en 1967, été diplômé en économie et droit européens.
  7. Michel M. Le 28/05/2014 à 09:30 Signaler pour abus
    Smith Stan Originals Originals adidas Stan adidas
    Robert Schuman a porté un projet novateur avec courage et à l 'époque sans se soucier de l opinion publique , sans solidarité pas d' Europe . Les français sont désenchantés du politique ? aux Chrétiens d'apporter leur pierre à la vie de la cité en France et en Europe
  8. serge w. adidas adidas Smith Originals Stan Originals Stan Le 28/05/2014 à 09:28 Signaler pour abus
    Je trouve cette prise de position eurobéate et partisane choquante de la part d'un prêtre catholique.
    L'Union européenne est une technostructure supranationale complexe où sont à la manoeuvre divers lobbies financiers et bancaires très puissants ; il est pour le moins douteux qu'ils travaillent vraiment pour le bien des peuples (cf.la Grèce!) et encore moins pour la gloire de Dieu et le salut des hommes!
    Il s'agit là de choix prudentiels qui regardent chacun en son âme et conscience.
    On peut être bon catholique et placer ses espoirs( humains) en l'Europe.
    On peut être aussi bon catholique en plaçant ses espoirs dans sa Patrie.
    Pour finir, en tant que vieil abonné, j'émets le vœu que Famille Chrétienne respecte la légitime diversité des opinions de ses lecteurs.
  9. certains hommes politique estiment qu'il faudrait faire marche arrière .
    Vous trouvez cela aberrant . Oui ce serait aberrant aujourd'hui mais c'était aberrant hier .
    Aujourd'hui c'est fait il faut faire avec et trouver le moyen de corriger les erreurs du passé

Sur le même thème

Pour aller plus loin

Livres

adidas Originals Originals Stan adidas Stan Smith Films

Bonnes adresses

  • Europe chrétienne

    Europe chrétienne
    • Actuellement 3 sur 5 étoiles

    Parrainages, aide aux familles, aux mères abandonnées, à la construction d'églises, aux mouvements scouts, écoles, pèlerinages....

  • Mon rêve en bois

    Mon rêve en bois
    • Actuellement 2 sur 5 étoiles

    Jeux et jouets en bois beaux, durables et naturels, aux normes de société européennes CE. Pour tous les âges, à tous les prix et pour toutes les occasions !